16










}
tous les jours j'y reviens
tous les jours
je passe et parce que
peut-être que j'attends, on sait pas


ce qui s'attend n'étant pas souvent l'attendu attendu qu'on attend,
si la chose arrivait telle quelle, n'existerait de l'attente qu'une notion de temps
or là, hors de l'attendu
il y a énorme l'attente
d'un je ne sais quoi d'époustouflant à couper le souffle
c'est qu'il y a de ça on se cache dans le souffle
qui n'est pas se cacher, pas plus de fils en branches
(les fils, on les sait maintenant
la dentelle se creuse avec les dents ma foi)

vous souvenez vous de l'autre qui dort, près de vous, horizontalement
se frôlent les hanches endormies, il fait sombre du sombre frais de la nuit
et non du sombre lourd des ombres
l'autre là endormi, on le sait par son souffle régulier que le souffle cahote,
on l'anticipe rêvant de galops ou de fuites ou d'épée (ça arrive)
même les chiens ont ces remues des cuisses qui les font courir en dormant
les fils du souffle se confondent avec leurs pères.

à qui le dire ?
écrit-on pourquoi et à qui de nous des autres ou à un
qui n'est pas l'un uniquement de lui, mais les rassemble tous
un après un, sans besoin pour cela qu'ils se ressemblent
mais à toucher l'un de chacun
chaque un dormant avec ce souffle du rêve
dans sa bouche entr'ouverte
corps fendu de cette fente faille là profonde qui traverse
on voudrait s'y laisser verser glisser entièrement
renversée
entière écrire pour l'un qui lit
pas plus étant l'une de moi
et à les vouloir tous
ces uns, dans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

============================t16
&